Indices d’épuisement

Levé à six heures, agitation fébrile. Corps en contact avec le sol, présence des murs. Une bouteille de Gin sur la table, des peaux de citron. Pâle et défait, la chambre plongée dans la pénombre. Attente de, piétinements nerveux. Les fenêtres des navigateurs, les fichiers ouverts dans la nuit apparaissent sur l’écran de l’ordinateur dont je viens de désactiver la mise en veille. Historique de navigation, examen des particularités. Bruce Nauman sur YouTube (Walking in an Exaggerated Manner Around the Perimeter of a Square, 1968), le chapitre 7 de Voilà. La caravane de migrants honduriens en route pour les États-Unis arrive à Mexico, exode. Je passe une main sur mon crâne, la tondeuse est en charge. Thé vert, douche. Rapide coup d’œil sur Instagram, je n’ai rien posté depuis le 7 octobre. Mouvements ordinaires, faire ce qui doit être fait. Correspondance, suivi administratif et financier. Sauvegarde informatique, entrer dans Time Machine. Les articles du Journal, les chapitres de Voilà sont automatiquement stockés dans le nuage, je jette l’intégralité de mes notes manuscrites. Production artistique, maquettes pour « By the Way ». Assemblages de motifs à la Ellsworth Kelly avec des matières et objets. La première œuvre de la série s’intitule The Abstraction And The Hairdresser (2018), réunion d’une forme ovoïde de couleur jaune (impression numérique sur papier) et de mèches de mes cheveux bruns. Liste des objets et matières à utiliser, catalogue de formes, gamme de couleurs. Rémanences et réminiscences, je sors boire un café. Bomber bleu, jogging Adidas, baskets blanches. La majorité des acquéreurs chinois de bars tabac seraient originaires de Wenzhou, ville de la province de Zhejiang, mon horoscope dans le Parisien. Les deux pôles de l’amour réunis par des signes d’air, où que je sois. Devant un café, dans le décor des rues. Plans, cartes conçus pour se perdre. Le GPS désactivé, changements de direction. Heure différente, un nouvel angle. Tension entre une forme d’aliénation (être soi) et la nécessité de (j’invite le lecteur à remplir ce vide). Née d’un désordre. Le concept d’angoisse, les craintes et tremblements, enjamber la faille. Temps suspendu, le récit est ouvert. Debout devant un brasero, son diable près de lui — poignées ergonomiques, roues en gomme dure, bloc de granit sur la bavette —, Friedrich Nietzsche fait griller des saucisses. Derrière lui, le godet d’une pelleteuse à démolition ébranle la façade d’un immeuble. Subjectivités débridées, intrigues contemporaines. Puissance évocatrice du chien autophage que je vois à l’instant se traîner comme une merde le long d’un caniveau, dont il faudra fixer l’image : couché sur le côté, les pattes avant à moitié dévorées ; assis, en appui sur ses deux moignons ; la gueule ouverte sur sa langue sectionnée. Série de trois dessins, graphite sur papier. Stratégies plastiques, aucune vision du monde. Le cadre, la fenêtre et la porte. Pas de secrets révélés, trouver refuge dans une église désaffectée. Confessionnal renversé, au détour d’une colonne. Murmures des pénitents. Plus aucune chaise, pas de peintures ni de Christ en croix. J’imagine un huit clos à la Gaspard Noé. Une semaine avec des garçons et des filles qui vivent ici, peignent, écrivent sur les murs, mangent, boivent, baisent, peignent, écrivent sur les murs, écoutent de la musique, se lavent, cuisinent, se droguent, peignent, écrivent sur les murs. Se filment les uns les autres. Chaque répétition autorise une expérience nouvelle, aucune énigme. Aucun carnage. La seule présence des étudiants des beaux-arts de Paris, la seule absence. Dieu. Illumine et libère, usages extrêmes. Le jour de la résurrection, les choses vont. Photos de repérage, le mot tel qu’il est. Écrire (ne pas écrire). État d’inachèvement définitif (Marcel Duchamp sur le Grand verre, 1923), ça pourrait s’appliquer au Journal. Je soussigné Pierre Denan déclare, merci pour tout.